adn« Thierry Dusautoir L’ADN d’un capitaine » Ainsi le journal l’Equipe.fr annonçait-il récemment en première page un article concernant le valeureux meneur du XV de France ! C’était beau et ça sonnait bien. Comme un coup de trompette annonçant l’entrée dans l’arène d’un grand gladiateur. Il est vrai que Dusautoir est un valeureux Capitaine. Un garçon intelligent et travailleur, habile balle en mains, habile à manier les mots. Bref : un vrai Capitaine !

La question posée devient alors : cet ensemble de qualités physiques autant que moral, tout cela serait dû à son ADN ? Ben… sans doute pas ! Alors pourquoi ce titre ? L’Equipe en faisant claquer son bandeau se conforme à la manière de parler du moment. Quand on évoque « l’ADN » d’un individu aujourd’hui, on fait allusion à ce que le dit individu est censé receler de plus personnel, de plus intime, de plus aimable ou de plus détestable. On touche à ce que ce vieux Nietzsche appelait la « volonté de puissance » Et on pense alors que ce que l’on affirme s’enracine dans ce que la science à trouvé de plus beau…

Eh bien, non ! Soutenir que l’ADN d’un individu déciderait s’il sera grand capitaine, ou ne le sera pas, c’est du point de vue biologique une affirmation plus que hardie. Très clairement, même c’est proférer avec autorité une ineptie biologique.

Le Docteur Lucien Mias très ancienne autre gloire du rugby français aimait lui aussi user de métaphores biologiques pour faire comprendre ce qui donnait quelque chose de plus à ses joueurs. Un bon pack, disait-il, c’est une « contagion » et pour un joueur au dessus du lot, il parlait de « Qualité hormonale » Le Docteur Mias faisait dans l’image qui frappe, pas dans le scientifique. Pour l’ADN du Capitaine, c’est pareil. On est dans l’image. Oui mais… aujourd’hui on aime croire qu’on est scientifique quand on manie les images.

Vous me direz avec beaucoup de justesse que de cela tout le monde se moque totalement et que je viens jouer là les redresseurs de torts prétentieux alors qu’on ne m’a rien demandé. Ce n’est pas faux… sauf… sauf que, si un jour professionnellement, vous rencontrez un expert et que le problème tourne autour de l’hérédité (ce qui dans le champ médical environnemental et social n’est de nos jours pas une petite chose) si vous partez sur ces bases là concernant l’ADN vous ne pourrez pas avec lui aborder le problème au fond. Vous me direz « je m’en fiche, je ne discute jamais avec de tels experts ».

Bon, alors je change de question : cette fois je vous demande : que pensez-vous de José Bové lorsqu’il part en guerre contre les OGM ? C’est clair, si vous voulez répondre à cette question autrement qu’affectivement, il faut que vous sachiez vraiment ce que c’est et ce que fait l’ADN. Vraiment on ne peut pas parler sérieusement d’OGM ni de BIO sans savoir ce que c’est que l’ADN… José Bové sait très bien ça, lui !

La question que l’on n’ose pas poser la voici donc : c’est quoi exactement l’ADN ? Pour expliquer cela il faudra plusieurs heures de débat interactif, le blog ne suffira pas. Croyez-vous que cela soit au dessus des possibilités d’un non professionnel de la biologie ? Je vous assure bien que non. Pour ces bonnes raisons, je souhaite savoir si cela vous intéresse que nous consacrions le temps nécessaire à approfondir tout cela.

« Je cherche à comprendre » : c’est ce qu’a dit en mourant le Prix Nobel Jacques Monod… qui avait d’ailleurs gagné son Nobel en étudiant le fonctionnement de l’ADN. Nous, nous chercherons à comprendre ce qu’il voulait comprendre… si le sujet vous intéresse et si vous demandez que nous organisions un séminaire, un atelier interactif....