HIPPOCRATE A LA MAISON

18 avril 2011

LA DURÉE DE VIE & LA TENTATION

 

Questions des plus intéressantes : est-ce que la durée de vie va continuer d’augmenter?

Si elle continue d’augmenter, il faudra choisir entre deux explications. Ou bien admettre que la médecine est vraiment de plus en plus performante. Ou bien reconnaître que l’amélioration générale des conditions de vie est telle que les individus peuvent faire désormais toutes les bêtises et que c’est finalement sans conséquences pour la survie.
Parce que, pour ce qui est d’avoir la tête aux bêtises, comme disait Audiard, le citoyen de base a la tête aux bêtises, quand il s’agit de choisir son style de vie.

transparent_frigo_tokyomangoUn  exemple : la bouffe.

La bouffe. On ne peut plus, en effet, parler d’alimentation… On ne s’alimente plus : on bouffe, on baffre, on se goinfre. Toute la société nous y pousse avec un bel élan. Un ami et disciple brésilien, récemment revenu pour quelques jours en France n’en revenait pas des publicités à la télévision. Il est vrai qu’en trois minutes, il avait vu défiler toutes les tentations possibles. Sucrées ou salées, lactées ou carnées, maritimes ou agrestes. (image:Réfrigérateur Japonais Transparent) Ce qui le faisait rire, c’est que chaque plage publicitaire incitait en principe… à la modération. C’est étonnant. Vous voyez deux copines pousser des petits cris de bonheur en dégustant leur yaourt léger – léger et on vous laisse entendre qu’un seul leur suffira. Que plus serait trop. Que la tentation d’un deuxième puis d’un troisième ne surgira donc pas.A croire que le diable a fait ses valises et s’en est allé ailleurs tenter les martiens.

A moins que le bandeau sagesse vous incitant à la modération juste en dessous de l’image tentatrice  ait un impact d’une exceptionnelle force. Ce dont je doute.

Réfléchissons un instant à la valeur pédagogique des dits bandeaux.  Pour cela je vais vous raconter une courte histoire.

Il fut un temps ou les spécialistes de la lutte anti dopage que j’avais l’honneur d’animer, se demandaient si, sur les produits potentiellement dopants il ne fallait pas faire inscrire « Interdit aux sportifs » Un éminent Professeur de Droit, le professeur Alaphilippe, fit alors remarquer que lorsque un faux monnayeur se mettait à la tâche, autrefois, il commençait par calligraphier avec le plus grand soin cet avertissement en principe terrorisant pour lui mais qu’il bafouait pourtant allègrement : « La Loi punit de vingt ans de travaux forcés le contrefacteur etc. »

J’en reviens à l’alimentation : Il y a tout de même quelque chose de terrible à voir la tentation et le pêché de gourmandise pareillement promus. Aves pareille hypocrisie dans le sous-titrage. Mais qui protestera. Qui saura lutter efficacement ? 

image_14452_grandeJ’ai une proposition très sérieuse à faire : pourquoi les fabricants de réfrigérateurs ne mettraient-ils pas sur le Marché des appareils qui n’ouvriraient ou plutôt ne seraient ouvrables qu’à l’heure des repas ? Ce serait un geste tout autant médical que civique.

C’est que le surpoids, ce n’est pas une petite affaire. D’abord, il n’est jamais isolé. Pour faire du lard, il faut dévier le métabolisme des sucres et graisses et le déséquilibrer. Et puis le surpoids, c’est une sacrée punition. Le surpoids, c’est une valise à promener.

 La vieille idée contre laquelle il faut réagir, c’est qu’il faut manger plus pour travailler plus. Pour pouvoir tenir le coup. C’est sans doute vrai pour les travailleurs de force… mais il y en a de moins en moins.

 Il faut en convenir manger est devenu une toxicomanie. Une addiction.

Comment se rééduquer pour y échapper ? 

Ce sera le sujet de notre prochaine rencontre.

Ce sera un début. Je vous propose en effet une série de conseils médicalisés pour conduite de vie quotidienne. On verra la bouffe la bagnole et la bronzette.

A la prochaine !

Posté par prof-escande à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


13 avril 2011

J’ACCUSE LES MARCHANDS DE PEUR ET DE BOBARDS

desertification_medicale

 

Occupons-nous un peu de problèmes pratiques touchant à l’exercice de la Médecine. A intervalles réguliers de longs gémissements se font entendre en haut lieu. Les Pouvoirs publics se lamentent en effet. Le motif de cette désolation : pas assez de généralistes. En particulier là ou la densité médicale est faible. D’après ce que l’on entend ce serait de la faute des mauvais docteurs. Ah ! Les vilaines gens. Ils n’en n’auraient que pour la ville, et ses promesses de gros sous. Et même les gros sous attireraient plus encore que la ville… Honte à eux.

Qu’il me soit permis de rectifier quelque peu. Dans bien des cas, c’est l’inverse qui est vrai. Je m’explique. Beaucoup de médecins, par goût, ou en raison de l’âge venu, souhaiteraient avoir une activité médicale modérée. Ils préféreraient travailler moins en gagnant moins. Et accepteraient volontiers de nouveaux confrères qui auraient les mêmes ambitions économiques limitées.

Eh bien, ce n’est pas possible. Pourquoi ? Tout simple. Si vous décidez de réduire la voilure et limiter vos activités, les charges, impôts, assurances et Caisses de retraite, les loyers et le matériel, etc. ne vous laissent tout simplement presque rien. C’est ainsi : pour gagner sa vie médicale, sauf à servir une clientèle milliardaire, il faut avoir une grosse activité. On ne peut pas faire tourner aimablement un Cabinet moyen et gagner sa vie.

Je ne vous raconte pas cela pour faire pleurer dans les chaumières, je vous explique simplement à quoi conduit désormais en routine cette absurde fascination pour le « toujours plus ».

Dans ces conditions, menacer les jeunes médecins de les forcer à s’installer dans les déserts médicaux a autant de chance de succès que de vouloir faire prospérer les villes à la Campagne.

Je voudrais dire aussi combien les retombées du Mediator conduisent à des inepties. Je pense avoir été un des premiers à insister sur le fait que le complexe médico-industriel considère les médecins comme leur courroie de transmission économique.  La médecine est un des plus beaux fleurons du monde de la consommation. Rien ne pourra être changé au soi-disant déficit de la Sécurité Sociale tant que ne sera pas discuté cet aspect génératif du dit déficit. Ce n’est pas une raison pour accabler l’Industrie Pharmaceutique de tous les pêchés, au prétexte que les médicaments ont des effets secondaires. Il faudrait d’ailleurs, à ce point de vue, que les médias réfléchissent un peu à cette importante affaire qui est la distinction de la causalité linéaire et de la causalité réticulaire. Chaque jour on nous apprend que telle cause précise détermine tel effet ciblé. Foutaise. X+Y-Z= maladie, faisait valoir avec justesse mon Maître Jean Bernard. Il aurait pu ajouter encore beaucoup de lettres à son équation.

Dans ma jeunesse on racontait cette histoire « Sous un bombardement, un fou tire la chasse des toilettes qui en ces temps avait son réservoir au dessus des têtes. Une bombe fait alors exploser la maison. Le fou rescapé sort des décombres et dit : je ne connais pas ma force ! »

La causalité linéaire expose à pareilles interprétations hâtives. J’ai écrit un jour qu’une pendule arrêtée donnait l’heure exacte deux fois par jour. Je persiste à trouver cette affirmation fort pédagogique.

 La morale de tout cela ? La voici, sous forme d’interrogation : quand va-t-on cesser de rendre la justice médiatique à coups de réductions trompeuses ? Si je voulais me venger, de ces réductionnistes aussi gonflés que creux, voici ce que je ferais : j’inviterais quelques uns  de ces accusateurs à manger du Bar et du Homard… mais je ne leur servirais que les arêtes du poisson et la carcasse vide du crustacé.

 Peut-être comprendraient-ils le mal qu’ils font en terrorisant le bon peuple à grands coups d’affirmations simplificatrices à l’excès.

Et pourquoi pas rêver : peut-être aussi les verrait-on publier, en guise d’autocritique, cette petite annonce autrefois popularisée par Pierre Dac : « Ai perdu hier soir… une belle occasion de me taire ».

Logo_escandeBLANC

Posté par prof-escande à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2011

LES INEPTIES DES SOURIS ET LA CALVITIE

solution_calvitie

Une mauvaise nouvelle m’avait anéanti : j’avais appris que selon une étude récente perdre ses cheveux tôt mettait en grand danger ultérieur de cancer de la prostate. Contemplant dans la glace mon crane sinistré, je gémissais contre les rigueurs de la fatalité biologique lorsqu’une lumière éblouissante survint sans crier gare. Des chercheurs américains de haut niveau avaient découvert par hasard que l’aluminium  faisait repousser le poil des souris déplumées. Si j’ose dire. La conclusion était que les messieurs transformés en monts chauves ou autres patinoires à mouches étaient prévenus qu’ils allaient bientôt se retrouver nantis de la crinière altière qui fait le prestige des lions superbes et généreux. Mais alors question subsidiaire : la repousse des cheveux allait-elle faire disparaitre le risque prostatique ?

****

J’ai l’air d’en rire mais je ris jaune. Ce torrent d’inepties que l’on déverse au quotidien sur les rapports de la médecine et de la biologie est tout de même impressionnant. Et désolant. Le consternant, c’est cette tranquille assurance qui prend pour base qu’en chaque domaine on croit en la possibilité d’une explication simple annonciatrice d’un miracle possible. L’aluminium fait repousser les poils de la souris, donc il va guérir la calvitie… Tu parles !

****

La pousse et la chute des poils en voilà un problème qu’il est compliqué. Expliquez-moi, me demanda un jour un bien portant, pourquoi je perds mes cheveux alors que j’ai du foin qui me pousse plein les oreilles. C’était joliment demandé. Mais je n’avais pas de réponse. Maintenant j’ai une crainte : et si l’aluminium laissait le crane dégarni et déclenchait un envahissement des oreilles par une végétation pilaire amazonienne ?

***

La nouvelle des rapports heureux de l’aluminium et de la calvitie n’a pas fait le buzz sur le net. C’est étrange. Une étude sérieuse a soutenu que le jour ou la calvitie serait vaincue la nouvelle ferait le tour du monde en moins de deux heures. Alors, je m’interroge : serait-ce que personne n’a cru à la nouvelle ? Je ne sais pas quelle est votre opinion…

Sources :
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/un-nouveau-remede-contre-la-calvitie_28178/
http://www.destinationsante.com/Calvitie-des-souris-au-poil.html

Logo_escandeBLANC

 

 

 

 

 

 

Posté par prof-escande à 12:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,