Questions des plus intéressantes : est-ce que la durée de vie va continuer d’augmenter?

Si elle continue d’augmenter, il faudra choisir entre deux explications. Ou bien admettre que la médecine est vraiment de plus en plus performante. Ou bien reconnaître que l’amélioration générale des conditions de vie est telle que les individus peuvent faire désormais toutes les bêtises et que c’est finalement sans conséquences pour la survie.
Parce que, pour ce qui est d’avoir la tête aux bêtises, comme disait Audiard, le citoyen de base a la tête aux bêtises, quand il s’agit de choisir son style de vie.

transparent_frigo_tokyomangoUn  exemple : la bouffe.

La bouffe. On ne peut plus, en effet, parler d’alimentation… On ne s’alimente plus : on bouffe, on baffre, on se goinfre. Toute la société nous y pousse avec un bel élan. Un ami et disciple brésilien, récemment revenu pour quelques jours en France n’en revenait pas des publicités à la télévision. Il est vrai qu’en trois minutes, il avait vu défiler toutes les tentations possibles. Sucrées ou salées, lactées ou carnées, maritimes ou agrestes. (image:Réfrigérateur Japonais Transparent) Ce qui le faisait rire, c’est que chaque plage publicitaire incitait en principe… à la modération. C’est étonnant. Vous voyez deux copines pousser des petits cris de bonheur en dégustant leur yaourt léger – léger et on vous laisse entendre qu’un seul leur suffira. Que plus serait trop. Que la tentation d’un deuxième puis d’un troisième ne surgira donc pas.A croire que le diable a fait ses valises et s’en est allé ailleurs tenter les martiens.

A moins que le bandeau sagesse vous incitant à la modération juste en dessous de l’image tentatrice  ait un impact d’une exceptionnelle force. Ce dont je doute.

Réfléchissons un instant à la valeur pédagogique des dits bandeaux.  Pour cela je vais vous raconter une courte histoire.

Il fut un temps ou les spécialistes de la lutte anti dopage que j’avais l’honneur d’animer, se demandaient si, sur les produits potentiellement dopants il ne fallait pas faire inscrire « Interdit aux sportifs » Un éminent Professeur de Droit, le professeur Alaphilippe, fit alors remarquer que lorsque un faux monnayeur se mettait à la tâche, autrefois, il commençait par calligraphier avec le plus grand soin cet avertissement en principe terrorisant pour lui mais qu’il bafouait pourtant allègrement : « La Loi punit de vingt ans de travaux forcés le contrefacteur etc. »

J’en reviens à l’alimentation : Il y a tout de même quelque chose de terrible à voir la tentation et le pêché de gourmandise pareillement promus. Aves pareille hypocrisie dans le sous-titrage. Mais qui protestera. Qui saura lutter efficacement ? 

image_14452_grandeJ’ai une proposition très sérieuse à faire : pourquoi les fabricants de réfrigérateurs ne mettraient-ils pas sur le Marché des appareils qui n’ouvriraient ou plutôt ne seraient ouvrables qu’à l’heure des repas ? Ce serait un geste tout autant médical que civique.

C’est que le surpoids, ce n’est pas une petite affaire. D’abord, il n’est jamais isolé. Pour faire du lard, il faut dévier le métabolisme des sucres et graisses et le déséquilibrer. Et puis le surpoids, c’est une sacrée punition. Le surpoids, c’est une valise à promener.

 La vieille idée contre laquelle il faut réagir, c’est qu’il faut manger plus pour travailler plus. Pour pouvoir tenir le coup. C’est sans doute vrai pour les travailleurs de force… mais il y en a de moins en moins.

 Il faut en convenir manger est devenu une toxicomanie. Une addiction.

Comment se rééduquer pour y échapper ? 

Ce sera le sujet de notre prochaine rencontre.

Ce sera un début. Je vous propose en effet une série de conseils médicalisés pour conduite de vie quotidienne. On verra la bouffe la bagnole et la bronzette.

A la prochaine !