H1N1

Sur quoi miser pour assurer sa santé ?

La grippe ? Ou la grippette ? L’an dernier, mon éminent Collègue le Professeur Bernard Debré a eu le verbe heureux. On attendait un monstre, ce n’était pas le monstre annoncé. Alors il a parlé de « grippette » Madame Bachelot ne s’en est pas remise. La pauvre. Tout de même : il y a eu des morts. Qui n’ont pas réussi à émouvoir vraiment l’opinion. Ce serait un beau sujet : comment faut-il mourir pour que la mort devienne médiatisable ? Pour que les foules sentimentales s’identifient à cette mort et fassent le buzz ?

 Ce n’est pas le sujet du jour. Le sujet du jour c’est : est-ce que se vacciner, c’est utile et même indispensable ? Ou au contraire, est-ce que c’est dangereux ?

La réponse ne fait aucun doute : « Les deux mon Capitaine »

Les faits bruts, les voici : 1, une grippe, même si ce n’est qu’une grippette, ça fait toujours des morts et 2, une vaccination ça ne peut pas ne pas avoir quelques retombées désagréables.

En fonction de quoi peut-on, doit-on se décider à se faire vacciner ou non ?

La question que l’on n’ose pas poser, c’est : « Dites-moi Docteur, pour vous, est-ce que tout ça est bien clair ? »

Voici d’abord ce que sait le médecin :

1-  Le nombre de morts causées par la grippe est bien plus élevé que les accidents dus au vaccin. Mais des chiffres exacts sont impossibles à obtenir. Ca coûterait une fortune. Parce que rien ne ressemble plus à une grippette que d’autres fièvres saisonnières qui ne sont pas dues aux virus de la grippe contre lesquels on sait vacciner. Alors il persiste toujours un doute.

2- Voici l’essentiel : ceux qui auront des ennuis avec le vaccin ne sont pas du tout ceux que la grippette aurait mis à mal. Le vaccin est capable de déclencher des ennuis chez des individus qui n’auraient pas même attrapé la grippe. La logique a du mal à suivre.

La conclusion est donc trouble : pour ce qui concerne la prévention de la grippe le médecin vous laisse le choix : soit prendre une assurance anti-grippe en vous faisant vacciner, soit prendre une assurance anti-vaccin en ne vous faisant pas vacciner… mais alors vous perdez votre assurance anti-grippe. Et voici l’ennuyeux : personne au monde ne peut déceler quel est le risque principal vous concernant, vous, directement.

Ce type de problème concerne toute la médecine. Je me souviens d’Archibald Cochrane, un Pape de l’épidémiologie. Il disait un jour : « Bien sûr, si j’ai un infarctus du myocarde, j’irai à l’hôpital tout de suite. Mais je sais aussi que quelques anxieux meurent en réanimation parce qu’ils majorent leur anxiété alors que chez eux, moins bien pris en charge, ils auraient survécu. J’espère ne pas être un de ces anxieux »

C’est ça la Médecine ! Comme disait mon Maître Jean Bernard : « N’oubliez jamais que X+Y- Z= maladie »

Très clairement le meilleur médecin du monde ne peut pas maîtriser tous les paramètres.

La vie est une loterie. La médecine organise des tirages chaque jour ! Là, le gros lot, c’est la catastrophe. Bonne chance à nous !